Black Movie 2021, le cinéma à l’air libre


Sorties / jeudi, janvier 14th, 2021

Black Movie 2021, festival pour s’évader

affiche degradé rouge à bleu pour le festival Black Movie
Cellule carcérale, affiche du film Les années de fer
  • Evénement culturel attendu au tournant de chaque début d’année, le festival Black Movie cuvée 2021 se réinvente pour sa 22e édition.
  • Du 22 au 31 janvier, les films sont à voir chez soi, via la plateforme de streaming Shift72, du fait de la fermeture des salles de cinéma traditionnelles.
  • Le concept de « séance » demeure! Ainsi, les opportunités de voir les 84 films sont rares, et les places limitées.
  • En tout, le festival propose pas moins de 56 premières suisses.
  • Première européenne, la comédie japonaise Red Post on Escher street, de Sion Sono revendique son côté féministe exubérant.
  • Cette édition met en lumière le travail de 28 réalisatrices, notamment à travers la section dédiée et explicite « La femme à la caméra » (avec le même jeu de mots que le mien, sans que ce soit voulu).
  • Outre le traditionnel Petit Black Movie, qui compte 34 films, 3 tables rondes sont à suivre en ligne.
  • Signalons la rencontre virtuelle avec l’ancien détenu César Fierro, libéré en octobre 2020 après avoir clamé son innocence pendant… quarante ans.
  • Au terme de la manifestation, cinq prix seront décernés; celui de la critique, par un jury composé de professionnels suisses.

Une édition 2021 pleine de courage

Dans le contexte pour le moins morose de cette gueule de bois qui n’en finit pas, la programmation du Black movie 2021 a l’effet d’une pastille de vitamine D, en beaucoup plus excitant. Les plus de 80 films (longs et courts-métrages) du festival proviennent d’horizons variés, souvent lointains (Chili, Corée…), parfaits pour être dépaysés à peu de frais. Ils semblent avoir en commun des protagonistes qui font face: à la guerre, la violence, la pauvreté et/ou l’injustice. C’est le cas de Los años de Fierro, chronique carcérale mexicaine bouleversante de Santiago Esteinou qui se voit prolonger dans la « vraie vie ».

La lourde peine d’un confiné

Pris en sympathie par le réalisateur, César Fierro a fait l’objet d’un documentaire projeté une première fois au Black Movie en 2015. Confiné dans une cellule texane pour un meurtre pour lequel n’existe aucune preuve objective, cet homme clame son innocence depuis toujours. Il a finalement été libéré en octobre 2020. Sa participation à l’une des trois tables rondes du festival sera pour lui l’occasion de revenir sur son expérience et évoquer sa reconstruction. Sa nouvelle raison de vivre est de faire réviser son procès, car il n’a pas été blanchi.

Quarante ans… quarante années, c’est long pour une peine de prison. C’est même une vie pour certains. La sentence dépasse l’imaginaire, surtout dans ces conditions d’incarcération, surtout dans ces circonstances. Il est difficile de se représenter tout ce qui s’est passé toutes ces années, pour les gens que l’on a un jour croisés, pour les champions qu’on a aimés et soutenus, pour ces rues qui étaient chargées de sens… et qui ont effacé toute trace de nous. Dans cet intervalle de temps, César Fierro aura pu considérer le sens de la vie et l’aveuglement de la justice. 

Le Black Movie 2021, en plateforme!

La diversité des films sélectionnés par cette édition du festival Black Movie 2021 interpelle: des films comme les kazakhs (Ulbolsyn, les Voleurs de chevaux), azéris (The Island Within), kényan (Softie) ou nigérian (This Is My Desire) n’apparaissent pas dans les catalogues des plateformes de streaming. Sinon éventuellement celui d’une chaîne comme Arte.

Comme l’an dernier avec Makala, le festival offre la possibilité de découvrir des univers et des humanités, mais cette fois dans un format auquel le semi-confinement nous aura habitué. Avec un vrai parti-pris éditorial et cinéphile – ça change des séries-filons, étirées en longueur (et en largeur).

Au-delà des prix, des soirées Nuits blanches (version 2021) et des à-côtés, le festival a le mérite d’exister, de maintenir l’événement et de le créer là où on l’attend, sur le web, en dépit des contraintes techniques et du basculement de l’expérience collective à une expérience privée.

En braquant ses projecteurs sur le travail de 28 réalisatrices et en leur permettant d’avoir voix au chapitre, le Black Movie 2021 fait moins preuve de courage que de responsabilité. Les histoires narrées ont-elles un supplément d’âme? Aux spectateurs de le dire. Assurément, le destin et la résilience des héroïnes ne laissera pas indifférent. L’eau tiède, ce n’est pas le genre de la maison.

Infos sup’

Plateforme / programmation et visionnage : online.blackmovie.ch

Toutes les informations sur le festival: blackmovie.ch/2021/

Samedi 30 janvier, 18h
Rencontre avec César Fierro, en quête de justice
Discussion avec Santiago Esteinou, réalisateur, et César Fierro, protagoniste
Modération: Antoine Bal, journaliste
Los años de Fierro (Mexique, 2013) : séances, etc.

A noter: la vente de « kit festival« , rempli de goodies, pour soutenir la manifestation (CHF 60 / 120)

Photos: ©DR / Black Movie 2021

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.