Bauzin et Papasogli Tacca, Face to Face


Sorties / vendredi, juin 7th, 2019

En pleine face et en peinture

  • Pour ses créations personnelles, la photographe de presse Karine Bauzin a fait du disque sa marque de fabrique.
  • Ces derniers mois, elle a travaillé avec la peintre Costanza Papasogli Tacca à la série Face to Face, dix portraits ronds teintés d’humour et de cruauté.
  • Les photographies mises en scène de Karine Bauzin gagnent en chaleur et en profondeur avec les retouches de la peintre – sans photoshop, mais à l’huile.
  • L’encadrement de leurs créations inscrit leur travail dans une tradition esthétique classique.
  • Par sa dimension contemporaine, le résultat interpelle d’autant plus.
  • C’est qu’au-delà des tenues des modèles et au-delà de leurs accessoires, les expressions nous font deviner des histoires que l’on sait pas si éloignées.

Karine Bauzin : « Nous avons voulu troubler le spectateur »

Spécialistes du portrait, les artistes Karine Bauzin et Costanza Papasogli Tacca ont présenté au public leur série peintographique Face to face  le 6 juin. L’opposition du format rond et du sujet, la violence, participe à la réussite d’un projet très créatif. Rencontre avec l’artiste-photographe Karine Bauzin.

En quoi consiste le projet Face to face ?

Ce projet né d’une rencontre entre deux artistes est de proposer une galerie de portraits à l’ancienne style Renaissance tout en mêlant un aspect plus contemporain et dérangeant par le thème abordé. L’idée de peintographie était de mélanger nos deux disciplines en créant une œuvre unique et esthétique avec notre sensibilité. Dans ce « face à face », chaque portrait pose une remise en questions à un sujet de société qui gêne ou à un rêve ou encore à un rapport diabolique face soi.

Diriez-vous que le projet est une variation autour de la folie ?

Effectivement nous avons souhaité proposer quelque chose d’inattendu. Que le spectateur soit interpellé par un visuel qui le trouble et le questionne.

Pour vous, est-ce l’aspect technique ou bien thématique qui a été le plus réjouissant à aborder ?

Les deux! Au départ, la thématique a été le moteur de cette galerie de portraits. Trouver une ligne, un non sens à cette série totalement farfelue. Puis la technique, la lumière, le stylisme, l’accentuation de la retouche ont été des moments forts et très complémentaires.

Sources / références

Crédits et sites officiels : Karine Bauzin / Costanza Papasogli Tacca

Qu'en pensez-vous ? Dites-le-nous en commentaire