Quatuor Inattendu aux Pâquis pour les Aubes


Sorties / jeudi, août 15th, 2019

Ferdinand Hodler, dans l’air des Aubes

  • Les Aubes sont un festival organisé par l’Association des usagers des bains pâquis (AUBP) pour la 13e année.
  • Comme son nom le laisse présager, les 42 concerts gratuits (sic) démarrent à l’aurore, ou presque (6h) et durent une heure.
  • Le 22 août, le Quatuor Inattendu, emmené par la pianiste-compositrice Pascale Desmeules, jouera sa création « Entre lacs et montagnes. Inspiré de Ferdinand Hodler. »
  • Les pièces présentées ont été pensées pour les artistes et pour cette occasion.
  • Le Quatuor avait participé sur le même thème à la Fête de la musique 2018. On célébrait le centenaire de la mort du peintre iconique.
  • La manifestation Les Aubes se termine le 1er septembre.

Entre lacs et montagnes, le Quatuor de Pascale Desmeules et de l’amitié

Parce que Lausanne peut paraître fort loin, les Genevois doivent s’en remettre à la chance pour entendre des artistes vaudois à deux pas de chez eux. La date du 22 août est donc importante puisque nous aurons l’occasion d’entendre la Lausannoise Pascale Desmeules et son Quatuor inattendu (soprano, violon, basson). Le concert s’annonce aussi convivial que poétique. Rencontre.

GLP : D’où vient votre Quatuor inattendu ?

Pascale Desmeules : J’avais déjà travaillé en duo avec la soprano Agnès Perret avant de jouer avec Antoinette Baehler (basson) en 2015, au Monde à part. Le violoniste Marc Liardon est venu ensuite. Nous nous entendons très bien. L’équipe est très chouette. En plus d’être de super personnes, tous les trois sont de super musiciens. D’ailleurs, cette musique « Entre lacs et montagnes », je l’ai écrite pour eux. Ce concert est placé sous le signe de l’amitié.

Votre concert, justement, est inspiré de toiles de Hodler. Pourquoi ?

À vrai dire, je ne connaissais pas bien son oeuvre. En tant que Suissesse, je connaissais de loin. Avec le centenaire de sa mort, j’ai découvert un peintre génial. Pour moi qui aime me balader au bord du lac, j’ai retrouvé dans ses toiles des endroits qui me parlent, comme la pointe de la Jonction, les Alpes savoyardes ou Corsier. Certains de ces lieux n’ont pas du tout changé; d’autres, oui…

« Des impressions musicales »

Comment imaginez-vous ce concert aux Pâquis ?

Le public de la Fête de la musique avait été très ému. C’est comme s’il avait été happé par la peinture. Cette fois-ci, ce sera différent. Je n’ai jamais joué à 6 heures du matin. On verra, en tout cas, je me réjouis. J’espère surtout qu’il fera beau.

Vos pièces sont agrémentés de textes d’écrivains ou poètes anglophones, tels William Blake ou John Keats.

Les textes ont été choisis en fonction des tableaux d’Hodler. Parfois ils sont chantés, parfois dits en onomatopées pour créer des impressions musicales. Quant à Lord Byron, c’est un clin d’œil. Il a résidé six mois à Cologny.

Après Les Aubes, le Quatuor aura-t-il à nouveau l’occasion de présenter votre création ?

En octobre 2020, nous donnerons un concert dans un théâtre, les tableaux évoqués seront projetés. Auparavant, au printemps, nous serons dans la Vallée de Joux pour les « Rencontres culturelles ».

Propos recueillis par Benjamin Philippe

Sources / références

Le programme des « Aubes » sur le site des Bains des Pâquis

Le Quatuor Inattendu sur Facebook !
Crédit photo : ©Eléonore Flores

Qu'en pensez-vous ?