28 jours sans aller au supermarché


Actualités, Cuisine / lundi, janvier 29th, 2018
Print Friendly, PDF & Email

En février, place aux marchés super !

  • En 2017, la Neuchâteloise Léa Candaux Estevez lançait un défi aux membres d’un petit groupe de son canton : faire tout « un mois sans supermarché ».
  • Plusieurs centaines de personnes ont essayé.
  • Le site En vert et contre tout organise la deuxième édition de « Février sans supermarché »
  • Le défi commence dans quelques jours pour toute la Suisse romande.
  • À vos marchés ? Prêts ? Partez !

Pour vos courses, revenez aux sources

Lancée comme un défi l’année dernière par la Neuchâteloise Léa Candaux Estevez, du Petit Espace, l’opération « Février sans supermarché » est l’occasion de réfléchir à son mode de consommation et de sa place dans la société, en tant que chaîne sociale. L’instigatrice suggère de privilégier « les petits commerçants, les maraîchers, les épiceries de village, les producteurs locaux, les magasins vrac » pendant les 28 jours du mois de février. Elle est soutenue dans sa démarche par « En Vert Et Contre Tout », un site écologiste également de Neuchâtel et ArboLife, une autre plateforme web, deux promoteurs de la consommation alternative.

Leïla Rölli, rédactrice en chef du site En vert et contre tout, précise : « Léa a eu l’idée de lancer le défi dans un petit groupe neuchâtelois en 2017, et notre site a popularisé le défi dans toute la Suisse romande ». De fait, l’idée rencontre beaucoup de succès. En plus des sept cantons romands (Berne, Fribourg, Genève, Jura, Neuchâtel, Valais et Vaud), il a été lancé dans 25 régions ou départements français !

Certains peuvent y voir un boycott simplet des supermarchés, d’autres, l’occasion de (re)découvrir les avantages de la vente en direct auprès de producteurs de la région, chez des commerçants de quartier. Il y a aussi une souplesse dans ce défi : chacun l’adaptera comme il l’entend. À la fin, il n’y aura que des vainqueurs. « Peu importe si vous savez d’avance que vous aurez besoin d’aller une, deux ou même trois fois dans une grande surface car il n’y a pas d’alternative pour l’un ou l’autre des produits que vous consommez », insiste Léa Candaux Estevez, dans sa présentation sur le site En vert et contre tout.

Il y a deux ans, la journaliste française Mathilde Golla avait mené l’expérience seule, mais grâce à l’aide d’internautes, qui lui avaient donné de nombreux conseils. Que ce soit pour trouver des produits ou pour se les fabriquer, la Toile avait été pleine d’idées.