Valentine Mallet, l’expo en ligne


Sorties / samedi, avril 25th, 2020
Print Friendly, PDF & Email

Valentine Mallet, l’artiste d’une Ville en expo

  • La Bibliothèque de Genève, avec l’association Lancy d’autrefois, organisait une exposition sur la photographe Valentine Mallet, de février à mai 2020, aux Bastions.
  • Pandémie oblige, les photos de « Genève dans l’objectif de Valentine Mallet » sont en ligne.
  • Originaire du Grand-Lancy, où sa famille possédait un domaine, la photographe « amateure » a vécu de 1862 à 1949.
  • Son talent s’exprime dans la captation d’une ville en bouleversement, au tournant du XXe siècle, quand les chevaux commencent à partager la chaussée avec les automobiles.
  • L’accrochage virtuel est accessible jusqu’au 31 décembre 2020. Covid-19 ou non.

Valentine Mallet, l’artiste méconnue d’une Genève disparue

S’il faut déambuler dans une exposition, de peinture (Hodler ou Philippe) ou de photos, s’il faut se rapprocher et prendre de la distance d’une œuvre, le virtuel et les images digitales offrent l’avantage non négligeable d’être accessibles « depuis son canapé ». Et en cette fin – annoncée – de confinement, il est bon de flâner dans les rues désertes, captées par Valentine Mallet au début du siècle dernier.

Les métiers disparus, les enseignes au nom germanisants fleurant bon la légende helvétique et le labeur six jours sur sept, sans parler des bâtiments tombés, le devoir accompli, dans un mouvement que n’aurait pas renié Georges Haussmann, tels sont les détails frappants des clichés d’un autre temps, pris par une femme proche de la cinquantaine, que l’histoire a pris le temps de reconnaître. Il faut dire qu’en ce temps-là, il n’était pas simple d’être photographe pour une dame, même membre de la Société genevoise de photographie, fondée près de vingt ans auparavant (1881). Du reste, il était plus simple d’attribuer les clichés à « un » professionnel. Ce qui n’a pas manqué de se passer…

Un pan d’histoire en blanc et noir

Bien inspirées ont été la Bibliothèque de Genève et l’association Lancy d’autrefois de ressortir des cartons les trésors de clichés de Valentine Mallet. Et dans la perspective de la réhabilitation/conscientisation du rôle des femmes dans le développement de notre Cité (cf le projet 100elles), l’expo trouve un sens profond. Elle aurait été en effet passionnante sans cette dimension militante; avec, elle est d’utilité publique. En l’occurrence, ce serait une erreur de séparer l’œuvre et l’artiste.

La qualité du travail de la photographe rend les photos troublantes de vérité. On se demande par quels procédés numériques Genève a ainsi été modifiée. L’absence de passants, le silence des chantiers un temps suspendus, ces devantures rayonnantes d’assurance et pourtant elles aussi menacées… autant d’échos silencieux d’une époque insouciante, avant guerre et vaccinée. Bien sûr, il y a des gens, comme cette lavandière en pleine ville, ou cette foule venue en masse assister au cortège de l’escalade au mois de juin, la faute à la grève des tramways de 1902, sabotant le tricentenaire du glorieux faits d’armes de nos aïeux…

J’aime ces traces, ces fragments de témoignages des sociétés qui nous ont précédés. C’est extrêmement dur de se représenter toutes les implications, de mesurer tous les progrès, quand le dénuement paraît familier et la technologie, si banale. Impossible d’être nostalgique, mais obligé d’être touché par ces vieilles cours intérieures aux portes en bois et aux escaliers de pierre, où l’on devine la poussière, les chats et les souris – comme à la campagne, mais en ville.

Bientôt, Genève Les Portes s’attardera sur ceux et celles à qui les rues de la Cité invitent à rendre hommage. La ville leur a un jour appartenu. Très bientôt, elle sera à nouveau à nous!

Sources / Liens

Genève dans l’objectif de Valetine Mallet
Accrochage virtuel

Organisation: Bibliothèque de Genève, en partenariat avec l’association Lancy d’Autrefois
Commissaires: Sarah Merlini et Nicolas Schaetti

Photos: ©Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève

Qu'en pensez-vous ? Dites-le-nous en commentaire