Pesca Rouge, débarquement de poisson frais à Carouge


Cuisine / jeudi, octobre 22nd, 2020
Print Friendly, PDF & Email

À Pesca Rouge, du poisson breton et des huîtres

  • La ville de Carouge compte désormais une boutique, et pas de n’importe quel genre: une poissonnerie!
  • Les Genevois David et Anaïs Comerro  viennent d’ouvrir Pesca Rouge, le 21 octobre 2020.
  • L’enseigne est approvisionnée essentiellement de poissons et de fruits de mer fraîchement pêchés en Bretagne (du nord), mais aussi de poissons du lac (Léman).
  • Une fois en place, la poissonnerie fera épicerie fine et surtout bar à huîtres.
  • Le Bistrot des arts, au Bourg-de-four, fait appel à leur savoir-faire pour proposer un bar à huîtres hebdomadaire, le jeudi soir.

Carouge à l’heure bretonne

Du bar à vins « Qu’importe » au Rondeau, en faisant un crochet par Indian Rasoi, la rue Ancienne à Carouge cultive sa réputation gastronomique en accueillant désormais la poissonnerie Pesca Rouge. Une brèche est ouverte, de la Bretagne aux Alpes, pour que la marée monte à Genève deux fois par semaine. Et lorsque la boutique sera pleinement opérationnelle, elle pourrait bien devenir le rendez-vous des amateurs de fruits de mer avec ses huîtres de la baie de Morlaix et aux mets  à (bientôt) déguster sur place.

Genève est longtemps restée campée sur ses positions de ville lacustre, à préférer les poissons de lac et à tolérer quelques institutions spécialisées dans les coquillages (pêle-mêle, le Bistrot de Charlotte, la Brasserie Lipp et autres Café du centre), fermant les yeux bon gré mal gré sur les marchés de France voisine. Il a fallu le big bang Gouzer – feu Chez Henri, en 2014, pour que la folie ostréicole fasse chavirer la Cité de Calvin.

Des codes et une arête

Dans ce contexte d’ouverture aux merveilles de l’océan, David et Anaïs Comerro viennent de concrétiser leur rêve d’avoir à Genève une offre en poissons qualitative à des prix abordables. Leur établissement reprend les codes des poissonneries traditionnelles, carrelage bleu, étal fourni recouvert d’un lit de glace pilée, et de la Bretagne, avec la marinière aux rayures rouges – «Carouge» oblige.

Lieu, rouget, bar… la variété de poissons proposée ouvre un vortex d’idées et d’envies culinaires. C’est coloré et attractif ! On commanderait un plateau de fruits de mer entier, juste pour goûter l’araignée. Le responsable de la poissonnerie écaille à la demande. Les produits se consommeront sur place dès que Pesca Rouge aura le feu vert des autorités. Il est d’ores et déjà question de faire appel à un boulanger local pour le pain de seigle et un pâtissier récemment passé dans l’émission française « Meilleur pâtissier » pour des desserts inspirés par la Bretagne.

Le poisson de Pesca Rouge, en ambassadeur

Comme la plupart des régions françaises, l’ancien duché ne bénéficie pas à Genève de la même aura que des contrées aussi lointaines que Hawaï ou que l’Indonésie. Cela semble injuste, ses habitants parlent un sabir mystérieux et ses légendes n’ont rien à envier aux aventures imaginées par J. R. R. Tolkien (et pour cause, elles ont un certain lien de parenté). À l’évidence, la galette-saucisse ne régatera jamais avec les mets exotiques dans la Rade. Elle ne fera jamais le poids face à une raclette. Gageons que les poissons et autres produits de Pesca Rouge en seront les meilleurs ambassadeurs.

Infos Sup’

Page Facebook de la poissonnerie

Site web du Bistrot des arts

Qu'en pensez-vous ? Dites-le-nous en commentaire